Tema/i | migrazioni / antirazzismo / NoBorder : Manif à Chiasso: On était,on est et on sera toujours des migrantEs
  17-10-2009 03:22
Autore : ((i))
:: Tradotto da : traducteur
 
 
  Un réseau de plusieurs cercles locaux, unis dans le désir de contrer l'oppression que subissent non seulement les immigrantEs, mais aussi touTEs les autres qui n'acceptent pas la politique sécuritaire, organise ce défilé pour ouvrir une brèche dans le mur de mensonges que les partis, le gouvernement et les médias nous racontent depuis longtemps.
Ayant commencé avec une occupation lors du festival de film de locarno[1 - 2], cette manif à Chiasso a été organisée dans l'idée de s'opposer à la politique sécuritaire et l'oppression des immigrantEs de manière visible.

 
     
  ::Links::
cs()a il Molino ¦ selvatica.noblogs.org ¦ Movimento dei senza voce ¦ ti-riguarda!

 
     
 
> Siamo stati, siamo e saremo tutti migranti
Siamo stati, siamo e saremo tutti migranti
 
  > Commenta questo articolo  
> Version originale: (italiano) | deutsch | français
> Aggiungi una traduzione a questo articolo
> Scarica l'articolo in formato .PDF
> Invia questo articolo per email
  Que fait-on devant la barbarie? 2010-03-18 21:09  
Quelqu'un veut prendre les choses en main et faire une p. de manif contre un tel acte de barbarie?



Un requérant d'asile frappé d'expulsion est mort mercredi soir à l'aéroport de Zurich. Âgé de 29 ans, le Nigérian avait entamé une grève de la faim pour protester contre son renvoi. Il a succombé à un malaise peu après avoir été ligoté de force en vue de son retour en vol spécial.
L'Office fédéral des migrations (ODM), qui n'était pas entré en matière sur la demande d'asile du malheureux, "déplore cet accident tragique". Le vol a été annulé. L'ODM a en outre décidé de supprimer tous les vols spéciaux d'expulsion jusqu'à nouvel avis. L'office se trouve en "contact étroit" avec les autorités nigérianes, déclare-t-il jeudi dans un communiqué.

Dénoncé pour trafic de drogue, le ressortissant nigérian devait être renvoyé de force vers Lagos en compagnie de 15 autres détenus frappés d'expulsion. Tous avaient préalablement refusé de quitter le pays. Dans un tel cas, les personnes expulsées sont ligotées pour des raisons de sécurité, rappelle la police zurichoise.
Grève de la faim
Le requérant d'asile avait les mains et les pieds liés, a expliqué à l'ATS le porte-parole de la police zurichoise Marcel Strebel. Il a soudain perdu connaissance et son état de santé s'est rapidement aggravé. "Les liens lui ont alors été ôtés."

Les policiers et des sauveteurs - rapidement alertés - ont tenté de réanimer le requérant d'asile, en vain. L'homme est décédé dans l'enceinte de l'aéroport. Le Nigérian avait arrêté de s'alimenter depuis plusieurs jours.

Le Ministère public zurichois a ouvert une enquête sur les circonstances exactes de la mort du requérant d'asile. L'institut médico-légal du canton est chargé d'autopsier le corps. Les autres personnes qui devaient être expulsées mercredi soir ont été ramenées dans les cantons où ils sont détenus.

ats/ps
La mère des moutons noir(e)s